Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Devenez mécène de la Fondation - Fondation partenariale
Université Pierre et Marie Curie

Partenariats

UPMC

Sorbonne Universités, université de tous les savoirs

L’UPMC s’est engagée, depuis 2012, dans la construction de Sorbonne Universités aux côtés de l’Université Paris-Sorbonne (sciences humaines et sociales), de l’Université de Technologie de Compiègne, du Muséum national d’Histoire naturelle et de l’école de management INSEAD. Sorbonne Universités a été ...

» En savoir +

Chiffres-clé

Chiffres clés

L'UPMC :

  • 32 000 étudiants dont 6 400 étudiants étrangers
  • 10 000 personnels dont 8 200 dans les unités de recherche
  • 18 sites répartis sur 4 régions

En 2013, l'UPMC conserve une place de choix dans l'ensemble des classements internationauxNouvelle fenêtre.

Contact

Fondation partenariale UPMC

Tour Zamansky

4, place Jussieu 75252 Paris cedex 05

Tél. + 33 1 44 27 80 33

fondation@upmc.fr

Des flotteurs pour prendre le pouls de l'océan

Hervé Claustre, chercheur à l’Observatoire océanologique de Villefranche-sur-Mer (UPMC/CNRS) développe un réseau de robots appelés flotteurs profileurs qui prennent le pouls des mers du globe.

Ce projet dont l’objectif global est de comprendre comment l’océan va répondre au changement climatique est innovant, tant sur un plan scientifique que pédagogique.

Il répond pour nous à quelques questions.

 

Que pourrait apporter ce maillage des océans par un réseau de bouées d’observation ?

L’essentiel des observations se fait aujourd’hui par bateau. Elles sont limitées dans le temps, dans l’espace et sont très coûteuses. Je souhaite développer un réseau pérenne avec des flotteurs équipés de plus de capteurs pour mesurer de nouveaux paramètres. Ces bouées permettent en effet de baisser très significativement le prix de revient de l’observation océanographique et peuvent aller partout en toutes saisons.

Quels seraient les paramètres étudiés ?

Il existe actuellement un réseau de 3 500 flotteurs qui ne mesurent que la température et la salinité de l’océan. Nous ajoutons la dimension biologique : phytoplancton, quantité d’oxygène produit par le phytoplancton ou encore quantité de particules. Grâce au mécénat privé, je souhaite contribuer à la systématisation de ces mesures ainsi qu’au développement technologique de nouveaux capteurs. À terme, nous voulons embarquer sur nos robots des capteurs qui mesurent des relevés sur l’acidification de l’océan. Nous voulons également développer des capteurs qui écoutent les sons océaniques ou encore qui prennent des images des particules et du plancton.

Qui exploitera ces informations ?

Les scientifiques bien évidemment mais aussi des collégiens. La dimension pédagogique de notre projet est très importante. Nous avons monté l’opération « Adopt a floatNouvelle fenêtre », qui propose à des classes de parrainer et de suivre une bouée tout au long de son voyage scientifique. Cette classe reçoit alors toutes les données prélevées par le flotteur « en temps réel ». C’est une formidable base de travail pédagogique. Nous organisons parallèlement, au sein de l’Observatoire Océanologique de Villefranche-sur-Mer, tout l’accompagnement et la formation des enseignants de collège.